La manif pour tous à NOUMEA

09 octobre 2013

Paris nouveaux abus lors de la veillée du 7 octobre ...

A PARIS : Les Veilleurs reviennent dès aujourd'hui à 21h pour une nouvelle veillée à la suite des nombreux problèmes générés par l'intervention des forces de l'ordre hier dans la nuit !

En effet, de nombreux abus ont eu lieu lors de cette précédente veillée du 7 octobre :

- tout d'abord l'arrestation d'un jeune pacifique, et son déplacement vers un commissariat où il lui sera indiqué qu'il ne pourra être poursuivi car aucune infraction ne peut lui être imputée,
- une interdiction de circuler par les forces de l'ordre qui, après la dispersion de la veillée, ont continué d'encercler les Veilleurs, et ont empêché ceux-ci de se séparer pendant plus d'une heure,
- de nombreux Veilleurs, choqués par cette privation de liberté manifeste, ont donc décidé d'aller porter plainte. Le dépôt de leur plainte a alors été refusé par le commissariat.

Nous ne pouvons laisser de telles choses se dérouler.

Récit de la veillée et photos sur Le journal des veilleurs :

http://www.lejdv.fr/veillee-conseil-constitutionnel-07-octobre/ 

 

 

 

 

Posté par noumea lmpt à 02:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]


01 août 2013

Lettre d'une jeune bachelère à François Hollande

Vinciane, une jeune bachelière de 16 ans, écrit à François Hollande pour lui parler des ‪#‎Veilleurs‬, et le remercier...

"Monsieur le Président de la République,

Si je prends la plume pour vous écrire aujourd’hui, c’est avant tout pour vous faire part de mes sincères remerciements – je m’explique. Vous connaissez les actions de contestation au mariage gay qui rythment la vie politique française depuis près de neuf mois. Je serai brève, alors que vous essayez de faire taire les opposants par diverses méthodes (diminution des chiffres, ridiculisation, accélération du processus législatif, répression policière) un mouvement va émerger, naître de votre mépris. Ce mouvement est celui des Veilleurs. Vous n’avez pu manquer de le remarquer – leurs bougies, signe d’espérance, veulent vous illuminer jour et nuit.

Créés il y a bientôt trois mois, ils sont présents dans plus de deux cents villes en France et à travers le monde. La presse s’en est peu à peu fait le relais ; le Conseil de l’Europe les a accueilli le 26 juin dernier avant de prononcer une condamnation contre la répression et les violences policières commises dans notre belle patrie sous votre régime. Ces veilleurs se sont assis et ont pensé. Ils ont choisi, outre la non-violence, de réveiller les consciences endormies d’un peuple en lui rappelant sa culture. Partout en France, des personnes se rassemblent et veillent sur le sens de l’Homme, sa dignité et sa liberté, ils veulent redonner goût à la formation intellectuelle et raviver le sens de l’engagement dans la vie de la Cité, au sens grec de polis. Par votre proposition de loi injuste qui confond les désirs et les droits, vous avez concouru à l’éveil d’un peuple, celui que vous gouvernez. Et c’est le premier motif pour lequel je vous gratifie.

J’arrive à mon but : j’ai passé une quinzaine de soirées aux Veilleurs et, comme beaucoup d’autres, me suis par là-même éveillée. J’ai découvert l’architecture magnifique des places parisiennes, j’ai marché à travers les anciennes ruelles, j’ai écouté des chants, des chorales, des concerti. Merci d’avoir contribué à mon émerveillement et ma culture. Mais, les Veilleurs sont aussi un rassemblement de personnes qui veulent lutter contre la démission de la pensée, épidémie qui frappe notre société, et qui relisent les grands auteurs (Saint-Exupéry, Ionesco), les grands penseurs (Tocqueville, Camus, Dostoïevski). Ils souhaitent par-là réapprendre à penser, redécouvrir l’amour de la sagesse. Chaque soir, nous explorons différents concepts comme celui de droit naturel, d’objection de conscience ; des philosophes prennent la parole et lient des thèmes comme le langage, la justice, l’histoire et la mémoire, la non-violence. En deux mois, j’ai, grâce à vous et au mouvement dont vous avez involontairement participé à la fondation, révisé l’intégralité du programme de philosophie avec un approfondissement spécial en philosophie politique.

Le jour du bac, j’ai choisi le sujet très inspirant qu’est : « Que devons-nous à l’Etat ? ». J’ai parlé d’une réciprocité entre les devoirs du citoyen et ceux de l’Etat, de la notion de devoir effacée au profit de celle de droit ; j’ai évoqué la conscience de l’Homme au-dessus de la loi, fut-elle « loi de la République » et votée démocratiquement. J’ai parlé de la participation indispensable de chaque citoyen à la vie de la Cité car « un homme ne se mêlant pas de politique mérite de passer, non pour un citoyen paisible, mais pour un citoyen inutile » comme le dit Thucydide. M’inspirant des Veilleurs, j’ai conclu sur les trois stades du bien commun que l’Etat doit assurer pour maintenir la cohésion de la Nation.

J’ai eu 20. Grâce à votre entêtement pour faire passer une loi léonine, grâce à votre lâche soumission à la pression d’une minorité, j’ai eu 20. Et je vous remercie mille fois et de tout cœur. Vous pouvez bien sûr transmettre ces remerciements à Madame Taubira, Monsieur Ayrault, Madame Vallaud-Belkacem, Madame Bertinotti et Monsieur Valls. J’hésite à ajouter Monsieur Peillon qui a, comme les autres et malgré lui, mis sa pierre à l’édifice des Veilleurs, mais qui fait preuve par ailleurs d’une incompétence et d’un acharnement tels dans la mise en œuvre de « ce-dont-le-nom-n’existe-pas », sous-entendu théorie du genre, que je ne peux le remercier en conscience. Vous aviez eu 13, la normalité avant l’heure, ceci explique cela. Monsieur Peillon avait eu 12, se justifiant par ces 16 ans, certes, mais il me faut rappeler qu’ « aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années ». Preuve que Monsieur Peillon n’a rien de commun avec le Cid.

Je crois vous avoir assez remercié pour la philosophie. Pour le reste, je ne me sens pas le besoin de vous en attribuer le mérite. Ce n’est certainement pas vous qui auriez pu m’aider à décrocher le bac d’histoire-géographie, vous qui confondez japonais et chinois, Egypte et Tunisie. Encore moins celui d’économie alors que vous n’arrivez pas à arrêter la croissance de la courbe du chômage. Quant à celui de mathématiques, ce n’est pas en confondant les 3% de déficit public accordés par la règle d’or avec les 4,8% de 2012 que j’aurais obtenu une bonne note.

Je me sens bien plus redevable aux Veilleurs et aux nombreux intervenants (philosophe, avocat, historien, artiste) d’abord pour les nombreuses explications philosophiques sur la société et l’Etat, puis pour l’amour de l’histoire et de notre pays qu’ils propagent et enfin pour m’avoir donné l’envie de me former afin de disposer des moyens d’agir. Pour ce, je conseille vivement à tous ceux qui passent les rattrapages d’aller aux Veilleurs dans la ville la plus proche de chez eux et vite ! Et j’étends ce conseil à ceux qui passeront le bac l’année prochaine, allez-y dès maintenant et tout au long de l’année. Bien sûr ceux qui comptent poursuivre leurs études dans la philosophie, les lettres ou l’Histoire ou veulent simplement acquérir le désir de se former sont les bienvenus.

Veuillez agréer en l’expression de mes sentiments,

Vinciane

Une jeune bachelière de seize ans.


Lettre du 08 juillet 2013, envoyée par Vinciane à François Hollande."

Lettre trouvée sur le Journal des Veilleurs http://www.lejdv.fr/lettre-bacheliere-fh/

Posté par noumea lmpt à 20:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 juin 2013

La France rappelée à l'ordre par le Conseil de l'Europe

Paris le 27 Juin 2013

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Une première pour la France, « pays des droits de l'homme » :

Suite à la répression policière contre les opposants à la loi Taubira, le Conseil de l'Europe rappelle la France à l'ordre et conduira ses rapporteurs à enquêter en France dans les semaines à venir

 

Une procédure de « monitoring » sur la France a été initiée par l'Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe le 27 juin 2013 par l'introduction d'une résolution (13255) sur les « Graves revers dans le domaine des droits de l'homme et de l'Etat de droit en France » à la demande de 25 députés de 12 pays européens. Elle conduira dans les mois qui viennent à l'ouverture d'une enquête menée par la « Commission de suivi de l'Assemblée pour le respect des obligations et engagements des États membres du Conseil de l'Europe ».

De plus, ce même 27 juin 2013, l'Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe a adopté une résolution 1947 (2013) « Manifestations et menaces pour la liberté de réunion, la liberté des médias et la liberté d'expression ». Dans cette résolution l'Assemblée rappelle à l'ordre la France, la Turquie et la Suède et condamne l'usage disproportionné des forces de l'ordre face aux manifestations populaires.

Ces résolutions font suite à une audience publique organisée le 26 juin au Conseil de l'Europe à l'initiative du Parti Populaire Européen et du European Centre for Law and Justice et dénonçant la répression policière du mouvement social français. Un rapport sur ces répressions fut présenté à cette occasion.

La Manif Pour Tous a pleinement collaboré à cette initiative et se réjouit de la prise de conscience de l'Assemblée Parlementaire du Conseil de l'Europe sur les graves manquements aux libertés individuelles en France contre les opposants à la loi Taubira. Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous, a stigmatisé cette situation intolérable lors de son audition du 26 juin 2013 au Conseil de l'Europe.

Comme La Manif Pour Tous le dénonce depuis des mois, la réponse policière à l'encontre des opposants à la loi Taubira, à la PMA pour tous et à la GPA, est scandaleusement disproportionnée : utilisation de gaz lacrymogène, notamment sur des enfants sur le parcours de la manifestation nationale du 24 mars, interpellations arbitraires massives (1000 environ depuis fin mai), gardes à vue injustifiées (500), condamnations contraires à la justice la plus élémentaire (dont deux mois de prison ferme avec mandat de dépôt pour des faits conséquents à une interpellation injustifiée)…

A cela s'ajoute la difficulté de La Manif Pour Tous à faire respecter les libertés fondamentales, en particulier liberté de réunion, d'expression, d'aller et de venir, de conscience. Ainsi, les droits de manifester (qui légalement n'est pas sous régime d'autorisation, mais seulement de déclaration), de tracter, de porter librement les couleurs de La Manif Pour Tous, d'aller et venir, ont été particulièrement mis à mal par les pouvoirs publics.

En outre, compte-tenu de la circulaire Valls menaçant de sanctions très lourdes les maires qui refuseraient de célébrer le « mariage » de deux personnes de même sex, la liberté de conscience est très gravement menacée.

M. Hollande et le gouvernement n'ont pas voulu entendre le peuple français. Ils cherchent désormais à le faire taire. Ils manipulent la peur pour intimider les opposants à leur projet.

C'est pourquoi le Conseil de l'Europe, informé des faits, enverra ses rapporteurs enquêter plus avant en France.

Ils ne pourront que constater que le Pouvoir, en dépit de ses nombreuses déclarations sur la démocratie, est très loin de la respecter !

L'ONU a également été informée de la situation ; elle va également être saisie.

Posté par noumea lmpt à 06:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 juin 2013

Paris : interpellation de 52 veilleurs le 26 juin 2013

Première interpellation de Veilleurs à Paris place de la République le 26 juin 2013

Veilleurs République 2013 06 26

Les Veilleurs place de la République 26 juin 2013


Témoignage reçu en direct d'un participant : "Après minuit, les Veilleurs restant se sont levés pour se déplacer et alors les gendarmes les en ont empêché ... Une partie ayant déjà traversé et l'autre étant encore sur la place, les deux groupes ont été encerclés et d'abord empêchés de partir ... la réaction des Veilleurs: se rassoir et continuer toujours aussi calmement la veillée avec de nouveaux textes et toujours en refrain le chant de l'Espérance ...

Veilleurs 2 2013 06 26


Peu après, 52 personnes parmi celles qui avaient traversé ont été emmenées dans un bus (cf photo ci-dessus) et les 125 autres qui ont été ensuite regroupées sur la place ont refusé de partir malgré les menaces tant qu'ils n'auraient pas  confirmation que tous les interpellés avaient été relâchés ... ce fut fait peu après 3 heures du matin et tous se sont alors dispersés aussitôt dans le calme."
Autre récit plus détaillé sur http://latableronde.wordpress.com/2013/06/27/veilleurs-52-interpellations-place-de-la-republique/

Posté par noumea lmpt à 21:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les Veilleurs au Conseil de l'Europe

Discours des Veilleurs (Madeleine et Jean-Baptiste) au Conseil de l'Europe le 26 juin 2013

"Dans la nuit du 14 au 15 avril dernier, alors que le projet de loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples de même sexe allait être adopté par le pouvoir législatif en France, au terme d’un processus parlementaire accéléré, 67 jeunes opposés au mariage homosexuel décidèrent de camper pacifiquement et sans bruit devant l’Assemblée nationale. La chose n’était pas inédite : entre autres exemples, des enfants de harkis avaient déjà choisi de camper sur ce lieu, en 2009, pendant 7 mois, pour attirer l’attention des pouvoirs publics sur leur condition, sans être ni inquiétés ni délogés.

Mais les 67 jeunes opposants n’eurent pas droit au même traitement de faveur. Vers 1h du matin, ils furent soudainement et violemment embarqués par les forces de police, puis retenus en garde à vue pendant plus de dix-huit heures dans des conditions extrêmement pénibles, pour ne pas dire déplorables.

Face à une telle disproportion des méthodes répressives, face à un pouvoir qui révélait de plus en plus manifestement son vrai visage, et cherchait la division et l’affrontement quand il aurait fallu favoriser l’apaisement, nous avons réfléchi toute la nuit au moyen de réagir. Fallait-il se soulever et se radicaliser ? Le choix d’une action violente semblait désormais nécessaire pour se faire entendre d’un gouvernement qui enchaînait provocation sur provocation, traitant avec le plus grand mépris plusieurs centaines de milliers de Français légitimement inquiets de leur avenir, de celui de leurs enfants et de leur pays.

Mais au fil de la nuit, nous avons compris que la violence ne mènerait à rien, et qu’on ne pouvait s’ériger en défenseurs de la dignité humaine sans être en même temps garant de la paix sociale. Nous avons compris que la violence première se trouvait du côté d’une loi qui priverait bientôt les enfants d’un père ou d’une mère. Nous avons compris que notre colère, si légitime et si noble fût-elle, pouvait tout aussi bien s’exprimer de manière pacifique. Nous avons compris enfin que nous ne pourrions désarmer ces violences policières qu’en étant nous-mêmes non-violents.

Il n’y eut donc pas de concept ou de système préalable à la mise en place des Veilleurs. Non. Il n’y eut qu’une simple intuition, un sursaut naturel de la conscience, ce même sursaut qui conduisit Antigone à enterrer son frère Polynice contre les ordres de Créon. Convaincus de la gravité des évolutions en cours, nous ne pouvons nous empêcher de prendre pour modèles ces grandes voix prophétiques du XXème siècle qui, de Sophie Scholl à Jerzy Popieluszko, de Winston Churchill à Vaclav Havel, se sont courageusement levés pour réveiller une humanité en danger de mort.

Alors, la nuit qui suivit les 67 gardes à vue, nous nous sommes assis sur une pelouse devant les Invalides, avec des bougies, pour veiller sur le respect des personnes. Pour rester vigilants, tandis que les consciences de nos concitoyens s’étaient endormies dans une mortelle indifférence.

Nous sommes aussi venus avec quelques textes de littérature que nous aimons, parce que nous avons eu l’intuition très forte qu’outre la non-violence, la culture serait l’arme la plus juste contre un pouvoir qui, par cette loi, rompait avec des siècles voire des millénaires de sagesse humaine.
Oui, l’adoption de cette loi est la conséquence d’une véritable démission de la pensée. Estimant à la suite d’Hannah Arendt que les pires drames de l’Histoire se sont produits parce que les hommes ont cessé de penser, nous avons choisi de réveiller les voix des grands penseurs dont nous relisons les écrits, soir après soir.

Cinquante lors de la première veillée, nous avons vu notre nombre multiplié par dix au bout de cinq jours seulement. Voilà maintenant douze semaines que nous nous rassemblons, dans le calme le plus absolu. Le mouvement, parti de Paris, a rapidement embrasé toute la France. Les villes de Province ont en effet mis en place leurs propres veillées, de manière spontanée et autonome, sans recevoir de directives de Paris. Les Veilleurs sont désormais présents dans plus de 150 villes en France, et dans une douzaine de pays à l’étranger. Cet embrasement révèle, en France, et bien au-delà, l’existence d’une réelle soif : la soif de reconstruire le sens de l’homme et de sa dignité face à des idéologies qui le menacent. La soif de retisser le lien social d’une société pulvérisée par plusieurs siècle d’individualisme, un individualisme grossissant qui laisse la personne radicalement seule et démunie, notamment en ces temps de crise, et qui détruit les moindres aspirations de l’homme en le réduisant à ses désirs immédiats, afin de le circonscrire dans une vision à court terme, sans souci des générations qui pourront venir après lui, et sans gratitude pour celles qui l’ont fait naître.


Dimanche dernier, à Paris, plus d’un millier de personnes se sont rassemblées devant les Invalides. Nous choisissons généralement de faire nos veillées en un lieu de mémoire ou de pouvoir, en lien avec le thème que nous abordons lors de nos veillées. Celles-ci sont ponctuées de lectures de textes, de discours d’intervenants (psychiatres, légistes, personnalités politiques, artistiques ou religieuses, pères ou mères de familles, enfants adoptés, personnes homosexuelles, etc). Les Veilleurs restent assis en silence : ils applaudissent à la manière des personnes malentendantes, pour ne pas troubler le calme de la nuit, et manifester ainsi leur non-violence absolue et leur respect pour la parole d’autrui. Ce silence est interrompu par des chants que nous reprenons en cœur, notamment le chant de l’Espérance et le chant des Partisans.

Nos rassemblements sont non confessionnels et non-partisans : ils entendent être ouverts à toutes les personnes, quelles que soient leurs opinions politiques et leurs convictions religieuses, car la défense de la dignité humaine est un combat qui dépasse toutes sortes de clivages, et qui doit pouvoir rassembler les citoyens dans un même réveil des consciences.

Nos veillées sont la plupart du temps suivies d’une marche dans Paris vers un lieu symbolique. Nous sommes alors rapidement encerclés par les forces de police, et souvent soumis à des sommations. Chaque veilleur est libre de rester ou de partir. Nous demeurons sur place jusqu’au temps que nous avons fixé, sans obéir aux sommations : par cette modeste transgression, nous posons un acte de désobéissance civile destiné à manifester notre résistance et l’irrépressible liberté de la marche de nos consciences. Malgré les sommations nombreuses que nous avons pu recevoir, les quelques interpellations et les intimidations que les animateurs ont pu subir, aucun veilleur n’a jamais été emmené en garde à vue, ce qui est assez surprenant dans un contexte où les opposants au mariage homosexuel sont arrêtés à tout va.

Comment expliquer cette relative tolérance à notre égard ? Nous avons pu constater à quel point les forces de l’ordre étaient embarrassées et divisées face à nous. Il est en effet très délicat d’embarquer des personnes qui n’entravent pas la circulation, ne font pas de bruit, récitent des poésies et proclament, à la suite de Dostoïevski, que « la beauté sauvera le monde ». Apparemment inoffensive, cette révolution intérieure, culturelle et spirituelle que nous avons lancée est bien plus subversive qu’il n’y paraît. Elle contamine notamment les forces de l’ordre qui nous entourent. Un veilleur a pu discuter avec l’un d’eux dimanche dernier, et le policier lui a confié : « Nous sommes entre 80 et 90% à être de votre côté. Nous sommes de plus en plus écoeurés par les ordres très sévères que nous recevons contre les opposants au mariage homosexuel, alors même qu’on nous a demandé, lors de la manifestation des antifascistes, de ne pas intervenir, tandis que nous assistions au cassage du quartier de la Bastille. » Certains CRS rient de bon cœur avec nous, d’autres obéissent aux ordres en nous faisant savoir qu’ils le font à contre-cœur. Lors d’une veillée, nous avons lu un discours du général McArthur sur la jeunesse, et un gendarme, qui connaissait ce discours par cœur, l’a récité en même temps que nous. Oui, cette flamme que nous allumons est contagieuse.

Les Veilleurs entendent donner l’étincelle qui permettra l’embrasement d’un véritable réveil des consciences, par la médiation de la culture, de la pensée et des arts. A chaque veillée, depuis le mois de juin, nous demandons aux personnes présentes de prendre un moment de silence pour penser à l’engagement concret qu’elles pourront prendre, dès le lendemain, chacune selon son charisme propre, pour promouvoir à l’intérieur des associations, quels qu’ils soient, à l’intérieur des syndicats, des partis politiques existants ou des médias, le sens de l’homme que nous défendons. Nous assistons à la naissance d’une génération qui a enfin saisi le sens de la citoyenneté et de l’engagement, et qui est porteuse d'espérance pour l’avenir.

L’Europe, actuellement, a choisi de suivre la voix trompeuse des Sophistes, plutôt que la sage pensée des Philosophes. Oui, l’Europe est en train de perdre son âme dans une illusion démiurgique digne de Protagoras, lorsqu’elle affirme que l’homme est la mesure de toute chose, et qu’il peut à sa guise nier la réalité et vider les mots de leurs sens - je pense notamment au mariage, à la filiation et à l'altérité et la complémentarité sexuelles.

Nous, Veilleurs, refusons de nous laisser fourvoyer par ces sophistes des temps modernes, et répondons à la suite de Socrate que si l’homme est la mesure de toute chose, alors la folie devient la mesure de toute chose. Oui, à la suite de Socrate, nous sommes prêts à obéir à la seule voix de notre conscience, malgré le blâme ou la condamnation publique, par amour pour la Sagesse et pour la Vérité, par amour pour notre Cité et pour l’Homme."

Posté par noumea lmpt à 04:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]


26 juin 2013

Veillée le 28 juin devant le haussariat

 

LES VEILLEURS A NOUMEA

RENDEZ VOUS DEVANT LE HAUT-COMMISSARIAT

 

LE VENDREDI 28 JUIN 2013 A 19H00

 

 

 

VENEZ AVEC VOS BOUGIES

 

ON NE LACHE RIEN

 

NOUS REFUSONS L'IDEOLOGIE DU GENRE, LA GPA, LA PMA 

 

 

 

 

 

Protégeons nos enfants.

 

Il s'agit de continuer notre mobilisation pour la défense des plus faibles

 

 

 

veillée du 17 mai.jpgveillée du 14 juin 2013.jpg

 


 


 


 

 

 

 

 ON NE LACHE RIEN ! 

 

Posté par noumea lmpt à 23:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 juin 2013

Incarcération de Nicolas : des conditions détestables

Communiqué de presse

 

La Manif Pour Tous dénonce les conditions d’incarcération détestables de Nicolas devant le Conseil de l’Europe et soutien les parlementaires inquiets qui ont rendu visite ce matin à Fleury Mérogis

 

Nicolas Bernard-Buss, déjà victime d’une condamnation particulièrement lourde pour les faits qui lui sont reprochés et disproportionnée pour un jeune de 23 ans sans casier judiciaire, a subi des conditions d’incarcération détestables.

 

Depuis son incarcération et jusqu’à hier, Nicolas a été totalement isolé, coupé de tout contact humain, si ce n’est lors des deux fouilles quotidiennes, faites dans des conditions humiliantes. Il a été privé de toute hygiène - toilette, changement de vêtements, etc. - et privé de toute possibilité de s’aérer le corps et l’esprit pendant 9 jours. Ni promenade quotidienne, ni lecture de livre, ni aucune autre activité n’a été possible pour lui à part la lecture des lettres adressées par des milliers de français indignés.

 

La Manif Pour Tous travaille en étroite collaboration avec Me Benoit Gruau, l’avocat de Nicolas Bernard-Buss, depuis qu’il a été interpellé et incarcéré à la prison de Fleury Mérogis. Informée de la dégradation du moral de Nicolas, La Manif Pour Tous a immédiatement alerté des parlementaires, dont M. le député Hervé Mariton, afin qu’ils puissent peser au plus vite sur les conditions de détention de Nicolas. Hervé Mariton s’est ainsi rendu ce matin à la prison de Fleury Mérogis, accompagné des députés Philippe Houillon, Xavier Breton, Damien Meslot, Véronique Besse et du sénateur Bruno Retailleau. Grâce à cette pression des élus et aux nombreuses manifestations de soutien qui ont déjà eu lieu, Nicolas a été transféré dans une aile de la prison où ses conditions de détention ont été améliorées.

 

Ludovine de La Rochère, Présidente de La Manif Pour Tous, a été auditionnée en début d’après midi devant le Conseil de l’Europe à Strasbourg pour dénoncer ce scandale indigne de la France, pays des droits de l’homme, et plus largement, la répression policière et judiciaire qui s’abat sur les opposants à la loi Taubira et à ses conséquences (PMA pour tous, GPA, enseignement obligatoire du gender). Près de 1000 interpellations et 500 gardes à vue ont été constatées depuis le mois de mai !

 

Cette répression, tout comme la condamnation et les conditions de détention de Nicolas, vise à étouffer et mettre un terme à la mobilisation contre la loi Taubira. Il est un fait que, en France aujourd’hui, les libertés de pensée et d’opinion ne sont plus respectées par les autorités.

 

Outre le soutien qu’elle apporte à Nicolas, La Manif Pour Tous a lancé dès le soir de sa condamnation une pétition pour sa libération. Celle-ci sera adressée à M. François Hollande et Mme Christiane Taubira.

 

Des manifestations ont déjà eu lieu partout en France, et une nouvelle action de La Manif Pour Tous, prévue dimanche 30 juin en fin d’après-midi à Paris, sera annoncée dans les heures qui viennent.

 

La Manif Pour Tous ne relâche pas la pression car lorsqu’un peuple a conscience qu’il se bat pour une juste cause, il triomphe toujours !

 


La Manif Pour Tous est un mouvement spontané et populaire qui, au-delà des sensibilités religieuses, partisanes et sexuelles, dépasse toutes les diversités pour préserver l'unité paritaire de la filiation humaine garantie par le mariage civil dans le droit français, les repères fondamentaux de notre société et pour combattre toute forme d'homophobie.

Posté par noumea lmpt à 21:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 juin 2013

Condamnation disproportionnée de Nicolas

 

Condamnation disproportionnée de Nicolas B

La Manif Pour Tous, profondément heurtée et choquée de la condamnation de Nicolas B., dénonce une nouvelle fois le deux poids-deux mesures.
 
D'après nos informations, Nicolas B., 23 ans, interpellé sans raison, a été condamné notamment parce qu'il a cherché à éviter son interpellation, la sachant non justifiée.
 
Lourdement condamné, Nicolas a été en outre mis sous mandat de dépôt, mesure exceptionnelle, l'empêchant de retrouver la liberté en attendant l'appel.
 
Alors même que l'agresseur qui avait menacé une Mère Veilleuse d'un couteau de cuisine, il y a 48h à Lille, a été libéré à l'issue d'une Garde à Vue, force est de constater que les opposants au mariage gay sont traités de manière clairement "particulière".
 
Un nouveau cran a été franchi après la répression policière, destinée à intimider et à stopper le mouvement. On passe maintenant à la répression judiciaire !
 
La Manif Pour Tous propose bien entendu de constituer un Collectif d'avocats pour défendre Nicolas B.
 
D'une manière plus générale, les avocats de La Manif Pour Tous mettent en place diverses actions juridiques, ainsi qu'européennes et auprès de l'ONU. 
 
 

 

Posté par noumea lmpt à 21:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 mai 2013

Hommage aux Veilleurs par Daniel Ange

A vous, les veilleurs éveillant l’émerveillement !

 

            Devant vos paisibles visages, éclairés du dedans par une clarté d’ailleurs, j’hallucine ! Me voilà complètement scotché !

            Qui donc êtes vous ?

            Je vais vous le dire : vous êtes les sur-vivants d’une guerre aseptisée, les rescapés d’un naufrage, les résistants qui refusez de laisser souiller la beauté de votre jeunesse et ternir la pureté de vos regards. Les prophètes de la Joie, les sentinelles du matin, les fils et filles de la Lumière: c’est vous ! Oui, chacun de vous ! En veillant au long des nuits, vous faites advenir l’aurore.

             Vous débordez d’une toute neuve joie de vivre, car vous découvrez pour quoi vivre, selon le dernier mot d’une jeune américaine, Cassie Bernall : «  Si tu ne sais pas pour qui vivre, ce n’est pas la peine de vivre. » 

             Vous êtes l’espérance de la France- oui, la France espérante - et au-delà, de tous les jeunes d’Europe qui, via  Facebook et Ipod sont rivés, nuit après nuit, guettent le moment de faire de même chez eux. Vous allez  en engendrer une multitude. Peut-être même dans le monde entier.

              Face à un raz-de-marée d’eau polluée, vous formez une lame de fond  purifiant tout sur son passage.

             Vous dénoncez le mensonge qui vide les mots de leur sens. Vous vous rebellez contre une idéologie virant au totalitarisme d’Etat. Vous vous révoltez contre les manipulations frisant la dictature.

              Vous vous insurgez contre les aberrations qui – tels des monstres- se profilent à l’horizon.

              Vous alliez la lucidité au courage. Lucidité de votre réflexion, courage de vos actions. Lucidité intellectuelle et courage  « gestuel »l .

              Vous refusez qu’on vous traite comme des imbéciles en vous forçant à penser qu’on peut « être mâle en étant féminin et femelle en étant masculin. » Non mais ça va pas la tête !

               Devant une subversion anthropologique, vous êtes le fer de lance d’une insurrection civique. Devant une révolution contre-humanitaire, vous forgez la rébellion de lumière.

               Devant l’invasion de théories subversives de notre civilisation, vous entrez en dissidence, avant d’être peut-être, acculés à une désobéissance civile.

               Devant le nouveau colonialisme qui  vient envahir  nos esprits et pervertir notre intelligence  vous entrez en  résistance. En toute connaissance de cause.

               Vous voyant à genoux, face à face devant les forces de l’ordre, me revient ce que j’écrivais de la Pologne voici 30 ans au moment  de l’état de guerre dans un Etat contre la Nation : » Quand on matraque ce peuple, il tombe à genoux ». Et ce mot du  grand serviteur de la vie Jérôme Lejeune : «  Quand tombe le soldat, c’est à genoux qu’il se bat. »

               Vous rejetez cette chape de plomb de la pensée unique imposée.

               Vous libérez la parole, enfin !

              Vous récusez la dictature du prêt à penser, des idées imposées, des arguments bidon, de la paresse intellectuelle. Vous savez rendre compte, expliquer le  pourquoi de votre comportement.

               Vous refusez le relativisme qui conduit au nihilisme.

               Les héros de la liberté, c’est vous. Les champions de l’écologie humaine, c’est vous.  C’est vous les garants de la création qui vous est désormais confiée  en son plus beau chef-d’œuvre : un homme et une femme qui dans l’amour font exister un enfant, unique au monde, dont l’âme vivra toujours.

                Vous vous battez pour sauver le mystère de la vie, de l’amour et de la source même : nos familles. Déjà si fragiles, si menacées, si attaquées. Mais en vous voyant, je vois les papas et les mamans de demain et je devine vos futurs enfants, débordants de vie, car comblés d’un amour fidèle en crescendo.

               Vous montez au créneau pour barrer la route à ceux qui – consciemment ou non – s’attaquent aux fondements de même de l’existence. Dans une société virtuelle, superficielle et artificielle vous êtes les garçons et les filles de l’essentiel. Et cela, en toute gratuité, sans rechercher aucun avantage personnel. Mais uniquement par amour. Par amour de votre pays, de votre peuple, de votre nation, de votre patrie. Vous êtes ceux qui sauvent son honneur. Qui portez haut son étendard. Vous êtes non seulement son avenir, mais son présent, car quel présent-cadeau que votre intrépidité, inattendue, dépassant tous les espoirs.

               Sur vos visages, je vois la France, l’Europe de demain. Je vois la  nouvelle génération de politiciens qui ne seront que les humbles serviteurs du peuple confié à leur cœur et non des prédateurs.

              Et cela-ô stupeur- : pacifiquement et paisiblement : récusant toute violence, renonçant à toute agressivité même verbale, à tout propos ordurier, à tout mépris de ceux qui pensent autrement. Les mains vides vous désamorcez les grenades, vous transpercez casques et boucliers  pour rejoindre l’homme en ses profondeurs.

              Quel gendarme, policier, CRS, n’est pas  impressionné au tréfonds de son âme, par la maîtrise de soi, le sens civique, l’auto-discipline dont vous faites preuve. Beaucoup rêveraient d’être avec vous, de l’autre côté de la barrière. Votre innocence désarme leur puissance. Votre calme est plus dangereux que leurs armes, que toutes les armes du monde. Vos silences font fléchir leur arrogance.

              Ceux qui ont peur, ce n’est pas vous. Ce sont eux. Peur de vos regards où ne transparaissent que la paix et la détermination. Peur de vos visages où ne se lit aucune haine, aucune révolte. Les geôliers de Maximilien Kolbe lui hurlaient : «  Ne nous regarde pas ainsi ! » Tant le Ciel se réfléchissait dans ses yeux.

              Vous retrouvez sans le savoir la grande stratégie qui a fini par faire s’écrouler ce rideau de fer qui pendant 50 ans a cassé en deux notre Europe.

              La tactique des foules passives, à condition d’être massives. Ces foules, surtout de jeunes, qui ont envahi les avenues de Berlin, Vilnius, Prague, Bratislava, Budapest, Kiev : ces révolutions dites oranges, de velours, printanières. Leurs premiers soulèvements  ont été sauvagement réprimés dans un bain de sang, tout comme sur la place Tien-an-Men à Pékin. Mais mêmes écrasés sous les chars, ils n’ont pas cédé. Ils ont tenu coûte que coûte, dans la clandestinité, imaginant toutes sortes de trucs, d’astuces  et de combines pour freiner le pouvoir totalitaire. Jusqu’à finir par remporter la victoire.

             Tous ceux de votre génération en Europe du Centre et de l’Est qui, vous voient sur la toile, – médusés- briller tels des diamants, se rappellent immédiatement ces jours d’il y a 30 ans qui ont fait basculer le monde de l’esclavage idéologique à la liberté de la Vérité. Car seule la Vérité rend libre, comme Vaclav Havel, sortant de prison l’avait écrit sur son palais présidentiel.

             Micro à un Soljenitsyne : «  Une seule parole de vérité pèse plus lourd que le monde entier »

           Micro à un Jerzy Popieluszko : «  La vérité qui ne coûte rien est un mensonge. L’amour doit aller de pair avec le courage.  La nation dépérit lorsqu’elle manque de courage, lorsqu’elle se ment à elle-même. »

             En voyant certains, brutalisés, provisoirement kidnappés, je revoyais à Varsovie, ces jeunes priant, chantant toute la nuit autour de grandes croix en fleurs, se faire brutalement embarquer par la police et bâillonnés, continuer à prier et chanter. Car «  si eux se taisent, les pierres crieront. »

              Et vous voilà à votre tour, traités comme des salopards. Votre crime ? Oser dire, avec vos pieds battant le pavé, ce que toute l’humanité depuis la nuit des temps et dans tous les pays sait d’instinct : tout bébé a le droit de dire : papa, maman, sans mentir. C’est tout. Eh bien ! Cela devient du jour au lendemain, passible de prison.

              Non, mais ! On marche sur la tête ! Mais en ce cas, on perd vite l’équilibre et on s’écroule. Merci de rester équilibrés, de rester des êtres humains.

              Au forceps, on passe des lois infantiles, qui violent la conscience humaine, qui violeront psychologiquement des enfants, frustrés de leurs repères essentiels. Des lois immorales, tout en voulant moraliser la politique.

              On tente de vous empêcher de manifester, de parler, presque de penser, de réfléchir … Cela dan un pays qui se vante de sa démocratie, qui « cocorique » sur la liberté d’expression, se gargarise des droits de l’homme tout en bafouant les premiers droits des enfants : le droit à la vie, à la vérité, à la beauté, à l’amour. Mais à cette violence institutionnelle, vous répondez par la non-violence. Et pour sauver le simple bon sens, vous voilà prêts à l’objection de conscience. Héroïquement. Cet acte de liberté suprême, personne jamais ne pourra vous l’arracher.

              Ce que vous faites, le grand Gandhi en rêvait. Ainsi qu’Albert Einstein : «  Ne fais rien contre ta conscience, même si c’est l’Etat qui te le demande. »

               C’est vous qui êtes justes, vrais, honnêtes. Non et non, on ne joue pas avec la vie d’un enfant. Oui, et oui, la Vie vaut la peine d’être défendue, protégée,aimée. A n’importe quel prix, car elle est sans prix.

              Eliminer en catimini un enfant dont le seul crime est de n’être pas  aux normes ou copie-conforme à la commande : non plus, ça jamais ! Fabriquer des semi-orphelins qui ne connaîtront jamais leur géniteur et leur ascendance : non plus, ça jamais !

              Et comment ne pas me sentir tout petit devant vous, les merveilleuses mères-veilleuses, courageuses petites mamans qui veillez ( dans le froid) des nuits entières simplement pour sauver d’avance ce mystère de la vie en son extrême fragilité, là où elle est la plus menacée, la plus méprisée : là où elle est la plus divine. Vous sentez comme personne le trésor sans prix d’un tout petit qu’on n’a pas le droit d’arracher à son premier berceau. Vos larmes de mères l’emporteront sur les armes de tout Etat totalitaire.      

                A travers vous, c’est une génération neuve qui se lève, se soulève.

                Sur une pelouse, un trottoir, une place. N’es-tu pas l’ambassadeur de ton peuple, de ta famille, amis, camarades qui ne peuvent t’y rejoindre, du moins ce soir ?

                Heureuse, bienheureuse votre génération à qui il est donné de vivre une époque aussi passionnante, des événements aussi enthousiasmants, de poser des actes aussi percutants.

                Pour ainsi réveiller tout un peuple de sa léthargie, de son indifférence, de sa couardise : soyez bénis !

                 Pour secouer nos politiciens de leurs lâchetés, nos idéologues de leurs hypocrisie et nos dirigeants de leur autisme : soyez bénis !

                Pour arracher les adultes à leur confort, à leur égocentrisme et donc à leur  morosité : soyez bénis !

               Nous, adultes, puissions-nous être dignes de votre courage, de votre audace, de votre détermination. Etre à la hauteur de vos cœurs.  Puissions-nous ne pas vous décevoir mais plutôt nous laisser entraîner par votre juvénile enthousiasme et, boostés par vos audaces,  nous battre courageusement pour que votre voix ne soit pas bâillonnée, votre joie surtout pas étouffée, que votre espérance ne soit pas étranglée. Oui, pour que jamais, jamais, votre génération ne sombre dans notre indifférente lassitude.

                 Non, vous ne lâcherez pas.  Vous ne faiblirez pas. Vous ne renoncerez pas. Vous ne cèderez pas. 

                N’ayez pas peur ! C’est vous déjà les grands vainqueurs. On ne  maîtrise pas longtemps un peuple par la terreur intellectuelle. On ne construit pas indéfiniment une société sur des mensonges et tôt ou tard, elle s’écroule. Et la Vérité l’emportera sur les caricatures du menteur, la Vie sur les agressions de l’homicide.              

                 Vous êtes la fierté de votre génération, l’avenir de la France, de l’Europe, de l’humanité, les vrais prophètes de notre futur, de ceux qui font advenir l’aurore après avoir étoilé nos nuits.

                Soyez-en bénis à jamais !

               

                Micro à Bob Marley :


            
   Get up ! Stand up  for your right !
               
Get up ! Don’t give up the fight
               
Get up ! Life is your right

 

                Bonsoir et belle nuit!

Source : http://daniel-ange.eklablog.com/

Posté par noumea lmpt à 07:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 mai 2013

Veillée du 24 MAI devant le haussariat

VEILLEURS EN RÉSISTANCE PACIFIQUE.

RESTONS MOBILISÉS POUR LA DÉFENSE DE LA FAMILLE

LE VENDREDI 24 MAI 2013

RDV DES VEILLEURS DEVANT LE HAUT-COMMISSARIAT

DE 19 H A 20 H

Apportez une bougie

NOUS NE LÂCHONS RIEN TANT QUE LA LOI NE SERA PAS RETIRÉE

 

« Cette loi blesse la démocratie, désagrège le mariage et bafoue les droits des enfants. La société en est profondément divisée… Et les pro de la loi Taubira revendiquent déjà le droit à la PMA et à la GPA »

Ce que l’on ne vous dit pas :

- Derrière le mariage entre personne du même sexe se cachent la PMA, la GPA 

- Derrière le mariage entre personne du même sexe se dévoile la théorie du genre (gender) qui nie toute appartenance à un sexe.

- Derrière le mariage entre personne du même sexe se cache un bouleversement radical de la société et de la famille.

- La loi Peillon vise à formater vos enfants : ils vont apprendre à l’école, dès l’âge de 8ans, qu’ils ne sont pas des petits garçons ou des petites filles…

 

http://theoriedugenre.fr/

 

 

Nous sommes déterminés :

- Nous défendons l’ordre naturel et le mariage entre un homme et une femme,

- Nous choisissons l’ordre face au chaos, au désordre que l’on veut nous imposer,

- Nous défendons le droit des enfants : il n’y a pas de droit à l’enfant mais un droit des enfants.

 

LES VEILLEURS SONT SANS ETIQUETTES NI POLITIQUE NI RELIGIEUSE

 

 

Posté par noumea lmpt à 23:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]